Institute for War and Peace Reporting | Giving Voice, Driving Change

Lancement d'une radio au Congo

L’Institute for War and Peace Reporting [IWPR] Netherlands a inauguré <a href="http://iwpr.net/?apc_state=henpafj&l=fr&p=afj&s=p"><strong>une emission de radio</strong></a> destinée à améliorer la connaissance du public en République démocratique du Congo
By IWPR

L’émission bimensuelle, Face à la Justice, a été diffusée pour la première fois en octobre en lingala, swahili et français. Le partenaire d'IWPR dans ce projet est l’ONG Search for Common Ground, qui va diffuser l'émission via un réseau de plus de 90 partenaires radio au travers du pays.


Face à la Justice va se baser sur des contributions de journalistes formés par l’IWPR en RDC, tout comme de l’équipe basée à IWPR Netherlands, d’experts juridiques, de la société civile, d’analystes politiques, d’activistes des droits de l’Homme et de représentants gouvernementaux.


“Le but de cette émission est d’aider les citoyens congolais à comprendre et à contextualiser le rôle de la justice internationale dans leur pays en leur fournissant un accès à un large éventail de voix expertes sur les questions de la CPI et les défis auxquels le système de la CPI doit faire face,” a déclaré Stephanie Wolters, productrice de Face à la Justice.


“Les émissions vont faire appel à des experts locaux et internationaux, des activistes, des membres du personnel de la CPI, des citoyens congolais ordinaires et des officiels du gouvernement congolais dans leurs efforts pour établir une description complète et objective des activités de la CPI, et des nombreux défis auxquels les Congolais ont à faire face dans l'accès à la justice dans leur propre pays.”


Ce programme a été élaboré après une rencontre entre l’équipe chargé du projet à IWPR Netherlands et des journalistes et ‎éditeurs locaux, qui a eu lieu l’année dernière en RDC. Ces derniers avaient confirmé que la radio est un moyen efficace et crédible pour la dissémination des nouvelles et de l’information dans ce vaste pays, doté de faibles infrastructures ; mais que les reportages indépendants et objectifs sur des questions sensibles telles que les crimes de guerre manquent actuellement.


Bien que la RDC ait trois ressortissants inculpés par la CPI, de récents sondages suggèrent que la plupart des Congolais en savent peu sur la Cour. La plupart d'entre eux pensent qu'il est important de tenir ceux qui ont commis des crimes de guerre responsables de leur actes et que cela sera nécessaire pour sécuriser la paix. Les Congolais y compris les victimes de crimes de guerre aimeraient participer aux activités liées à la CPI mais peu de gens savent comment accéder aux informations concernant la Cour.


Lena Slachmuijlder, directrice de Search for Common Ground en RDC, a expliqué que Face à la Justice est important parce que l’information sur les procédures de la CPI est vraiment limitée dans le pays.


“Il est très important de donner des informations correctes pour établir l’impartialité de la CPI aux yeux des Congolais, parce qu’il n’est pas évident qu’elle dispose de cette crédibilité,” a-t-elle indiqué.


Slachmuijlder a déclaré que des retards majeurs dans la première affaire de l’histoire de la CPI, contre le chef de milice de RDC Thomas Lubanga, sont difficiles à comprendre pour les Congolais. Nombreux sont ceux qui l'ont interprété comme un signal que la Cour est un organe politique.


“Notre collaboration avec l’IWPR va nous aider à faire entendre des voix crédibles de la CPI pour donner des informations aux gens d’une manière fidèle, afin qu’ils puissent comprendre ce qui se passe avec le procès, et quelles sont les contraintes et les possibilités de la justice internationale,” a-t-elle dit.


“Grâce à l’IWPR, nous avons accès à des informations claires et profondes, et à plus d’informations de la part de ceux qui dirigent vraiment la CPI et qui peuvent nous aider à l’expliquer.”




Historique



La CPI a émis des mandats d’arrêt contre cinq Congolais– Thomas Lubanga, Germain Katanga, Mathieu Ngudjolo, Jean-Pierre Bemba et Bosco Ntaganda.


Lubanga devait comparaître fin juin, accusé du recrutement d’enfants soldats dans la région de l’Ituri, mais l’affaire a été reportée de manière indéfinie lorsque les juges ont indiqué que plusieurs erreurs de la part de l'Accusation signifiaient qu’il ne pouvait pas bénéficier d’un procès équitable. Le Procureur a fait appel.


Les juges ont récemment confirmé les charges comprenant le viol, le meurtre et l’esclavage sexuel contre Katanga et Ngudjolo, leur procès étant prévu pour 2009.


Les charges contre Bemba, l’ancien vice-président du Congo, sont liées aux crimes de violence sexuelle qui auraient été commis par ses troupes en République centrafricaine. Son audience de confirmation des charges est prévue pour début novembre.


Ntaganda, accusé de crimes de guerre en Ituri, est toujours en liberté. Il commande actuellement l’aile militaire de la force rebelle de Laurent Nkunda dans la province du Nord Kivu.



Au sujet de l’IWPR



Face à la Justice est produit par le programme de justice internationale de IWPR Netherlands. Inauguré en avril 2008, IWPR-NL mène des projets de développement des médias en RDC, en Ouganda, au Soudan, en Serbie et en Bosnie-Herzégovine. Il offre des formations intensives pragmatiques, des reportages approfondis et des publications pour construire la capacité des médias locaux. IWPR-NL sert comme plateforme pour donner aux médias locaux responsables une voix dans leur effort pour contribuer à la justice et à l’Etat de droit. La mission du réseau mondial de l’IWPR est de construire la paix et la démocratie via des médias libres et équitables. L’IWPR assiste les jeunes démocraties et les sociétés en transition à la force du journalisme.




Pour plus d’informations veuillez contacter: Lisa Clifford, +31 (0) 70 338 9016, lisa@iwpr.net ou Stephanie Wolters, +27 (0) 72 433 4808, stephanie@okapi.cc