Institute for War and Peace Reporting | Giving Voice, Driving Change

En RDC, Les Femmes Se Méfient Des Poursuites pour Harcèlement

La peur des représailles et du déshonneur social décourage les employées de dénoncer les cas de harcèlement sexuel.
By Rehema Kabuo
  • Congolese women are fearful of reporting sexual harassment. (Photo: Melanie Gouby)
    Congolese women are fearful of reporting sexual harassment. (Photo: Melanie Gouby)

Des inquiétudes ont été soulevées quant à la réticence des femmes dans l’est de la République démocratique du Congo à poursuivre les hommes qui les soumettent au harcèlement sexuel sur leur lieu de travail.

Les experts indiquent que le problème vient à la fois de la réticence des femmes à parler de la question et des difficultés à prouver les faits. Et ils avertissent que si les coupables ne sont pas poursuivis, le nombre de crimes augmentera.

Selon des statistiques de la Synergie des Femmes pour les Victimes de Violence Sexuelle, un groupe de pression local, quelques 80 pour cent des femmes employées dans la région ont été soumises à une forme de harcèlement sexuel. Ce problème touche à la fois les secteurs public et privé, selon le groupe.

“Le harcèlement sexuel est un problème courant. Mais si les femmes restent silencieuses, il ne diminuera jamais,” a déclaré le Major Bodeli Dombi, commandant adjoint de l’unité spéciale de la police pour la protection des femmes et enfants, PSPE, à Goma, dans l’est de la RDC.

“Je travaille depuis deux ans dans cette compagnie. Je devais passer par le bureau de mon chef chaque matin pour qu’il puisse me toucher,” a déclaré une victime de harcèlement sexuel à l’IWPR. “Puis il m’a forcée à avoir une relation sexuelle avec lui pour obtenir une promotion. Il est parti et je n’ai pas eu ma promotion.”

Les employeurs qui ont recours au harcèlement sexuel profiteraient souvent de la crainte des femmes de perdre leur emploi si elles parlent.

“Pour garder mon travail, mon chef m’a demandé de coucher avec lui et depuis c’est devenu une habitude,” a déclaré une autre employée. “Si je me refuse [à lui], je risque de perdre mon travail.”

Alors que beaucoup d’entre elles restent silencieuses quand elles sont renvoyées, d’autres le font pour éviter de faire l’objet des rumeurs et stigmatisations.

“Les femmes qui sont victimes du harcèlement sexuel au travail n’en parlent pas [parce qu’elles] ont peur de ne pas être prises au sérieux. Elles risqueraient d’être assujetties aux provocations et ne sauraient pas vers qui se tourner. Cela créé des problèmes psychologiques y compris la peur, l’angoisse et la colère,” a déclaré Gérôme Mukasa, un psychothérapeute de Goma.

Mireille Ntambuka du mouvement juridique Dynamique des Femmes Juristes, DFJ, a aussi noté le manque de cas dénoncés.

“Jusqu’à présent aucune femme n’a rapporté un cas de harcèlement sexuel à la DFJ,” a déclaré Ntambuka. “Les raisons pour cela pourraient être [culturelles] ou la…difficulté à rassembler les preuves.”

Le harcèlement sexuel est un délit pénal en droit congolais. Cependant, les avocats qui travaillent pour celles qui ont le courage de dénoncer des cas luttent à rassembler et présenter les preuves devant les tribunaux.

“Les crimes à caractère sexiste sont souvent commis en l’absence de témoin,” a expliqué Eugène Buzaka, un avocat travaillant avec les victimes de crimes sexuels à Goma.

Le fait que les rares femmes décidées à porter plainte finissent souvent par être déçues a découragé d’autres femmes de dénoncer d’autres cas.

 “Parce qu’il est si difficile de réunir des preuves, beaucoup de femmes qui se sont tournées vers les tribunaux n’ont pas obtenu gain de cause. Cela dissuade les autres femmes harcelées de saisir les tribunaux. Elles préfèrent garder [leurs souffrances] pour elles-mêmes,” a déclaré Justine Masika, une activiste pour les droits des femmes à Goma.

Le fait que les femmes ne dénoncent pas ces cas a provoqué des craintes que le fléau du harcèlement sexuel n’empire à Goma et dans d’autres endroits de la RDC.

 “Si les auteurs de harcèlement ne sont pas punis alors ce genre de comportement ne cessera pas,” a déclaré Bodeli, du PSPE.

Ntambuka exhorte les femmes à dénoncer ces faits et à recueillir des preuves pour prévenir d’autres cas de harcèlement sexuel.

 “Dès les premiers signes de harcèlement sexuel, les victimes devraient avoir le courage de parler à quelqu’un, que ce soit un ami ou une association…je conseille aux femmes de ne pas se renfermer en elles-mêmes,” a déclaré Ntambuka.

Mais ce n’est pas seulement la réticence des femmes à dénoncer les faits qui empêche que justice soit faite. Les avocats ont exprimé des inquiétudes au sujet des inadéquations dans les procédures d’enquête.

 “D’autres facteurs peuvent résulter en un manque de confiance dans l’administration de la justice elle-même,” a déclaré Buzake. “Il n’y a pas d’infrastructure qui facilite l’instruction de ces affaires en assurant la protection de la victime et le niveau de confidentialité nécessaires.”

Dans les villes comme Goma, il n’y a pas “d’équipement adéquat, pas de formation officielle, [et] peu d’officiers de police ou de magistrats féminins”.

Cependant, Bodeli réfute qu’il y ait des problèmes de ressources ou des problèmes techniques dans les enquêtes sur le harcèlement sexuel.

“Généralement les femmes n’obtiennent pas [les droits] qui leur reviennent ...car elles se tournent vers les tribunaux parfois très longtemps après que l’agression ait été commise,” a-t-il dit. 

 “La justice est très lente, c’est un fait mais quand les femmes viennent avec des preuves nous faisons de notre mieux pour que justice soit faite.”

 

Rehema Kabuo est un reporter formé par l’ IWPR dans l’est de la RDC.